Russian Lady

Stratégies financières : Big Data et énergie : gare à la Big Désillusion !

Posted on 11 novembre 2017 in Non classé by

En France, les traitements des malades chroniques sont pris en charge, intégralement, au titre de l’affection de longue durée (ALD). Stratégies financières le reconnaissait récemment: « Si l’on ne peut avancer vers un marché unique européen dans les télécoms, on aura de plus en plus de visiteurs étrangers. Alors, circulez, il n’y a rien à voir ? Pour moi, il n’en est pas question. Devrons-nous bientôt choisir entre la prise en charge des maladies chroniques et celle de nos soins courants ? Et les villes qui verront un jour ou l’autre la poule aux œufs d’or se tarir brutalement sans avoir anticipé ce moment inéluctable… 
En attendant une prise de conscience ou une inversion de tendance, la cash machine des zones commerciales continue de fonctionner comme si de rien n’était. Bien sur les locomotives commerciales que sont Cultura, Saturn, Primark ou H&M y regardent à deux fois avant de s’implanter et, quand elles le font, elles négocient toujours des conditions particulièrement avantageuses au regard de leur capacité à générer du flux sur une zone de chalandise importante. 

 Et cela ne s’arrête pas la : non seulement ce type d’opération permet à la ville d’engranger de nouvelles recettes dans un contexte de pénurie budgétaire mais l’ouverture d’un nouveau centre commercial lui offre la possibilité de se prévaloir de nouveaux emplois et d’une nouvelle réalisation qui non seulement ne lui coûte rien mais lui apportera de la taxe supplémentaire chaque année. C’est pourquoi, les autorités centrales ont opté, depuis 2013, pour un renforcement de la lutte contre la pollution en imposant des normes environnementales afin de réduire indirectement et par un levier respectable certaines surcapacités de production. Jusqu’à présent, elles étaient exigibles dès le lancement de l’opération… et restait dues même si au final les actions n’étaient pas distribuées. Chez Orange, le plan « Partageons », élaboré en juin 2011, prévoyait ainsi la distribution de 133 actions gratuites à chaque collaborateur en juillet 2015, à condition que le cash-flow opérationnel cumulé atteigne 27 milliards d’euros entre 2011 et 2013. Malheureusement, l’objectif n’a jamais été atteint, et la distribution gratuite n’a donc pas eu lieu. Tout cela ne nous semble pas aller dans le sens de « l’égalité des chances économiques » annoncée dans le titre de la loi…

Articles récents

Archives

Pages