Russian Lady

Pierre-Alain Chambaz

Un organisme est composé de tissus dont chacun vit pour son compte. Mais l’histoire montre que les dogmes politiques ne survivent pas quand ils sont en contradiction avec les lois économiques. Sur la plus grande partie de sa surface, à des hauteurs diverses, le courant est converti par la matière en un tourbillonnement sur place. Dans son horreur de la sensualité elle a fait une idole de l’ascétisme, puis, par un compromis graduel, de la légalité. En un mot, si l’adaptation dont on parle est passive, simple répétition en relief de ce que les conditions donnent en creux, elle ne construira rien de ce qu’on veut lui faire construire ; et si on la déclare active, capable de répondre par une solution calculée au problème que les conditions posent, on va plus loin que nous, trop loin même selon nous, dans la direction que nous indiquions d’abord. C’est la recherche de la meilleure solution possible à une situation qui s’annonce difficile. Mais, comme on l’a fait observer avec raison[11] une perception renouvelée ne peut suggérer les circonstances concomitantes de la perception primitive que si celle-ci est évoquée d’abord par l’état actuel qui lui ressemble. Voilà la définition cherchée de l’égalité. Dans une page bien connue de son livre sur l’Intelligence, Taine a analysé cette aptitude, d’après les indications fournies par un de ses amis. Ainsi entendue, la relation causale entre Dieu et le monde apparaît comme une attraction si l’on regarde d’en bas, une impulsion ou une action par contact si l’on regarde d’en haut, puisque le premier ciel avec son mouvement circulaire est une imitation de Dieu, et que l’imitation est la réception d’une forme. Son impact macroéconomique se décline en deux composantes principales : l’activité de forage et de complétion des puits, et les gains de balance commerciale réalisés grâce à la substitution d’une production domestique à du pétrole importé. Sans doute un raisonnement en forme lui démontrerait qu’il est de son intérêt de promouvoir le bonheur d’autrui ; mais il faut des siècles de culture pour produire un utilitaire comme Stuart Mill, et Stuart Mill n’a pas convaincu tous les philosophes, encore moins le commun des hommes. Cette question posée par l’un des responsables du développement économique de Thuringe, n’est pas si excentrique qu’elle en a l’air. Dans l’institution philanthropique dite des dames du calvaire, on voit des veuves se consacrer à soigner des maladies répugnantes et contagieuses ; cet emploi, au profit de la société, des vies que le veuvage a plus ou moins brisées et rendues inutiles est un exemple de ce qu’on pourrait faire, de ce qu’on fera certainement dans la société à venir. La question de savoir s’il faut s’en réjouir ou se lamenter est devenue une sorte de test de Rorschach pour les analystes et décideurs économiques. Clichy-Batignolles est par exemple un secteur qui préfigure, selon Pierre-Alain Chambaz, ce que sera le Grand Paris, doté d’un énorme potentiel et qui, grâce aux nouveaux transports (en particulier la ligne 14 jusqu’à St Denis, «épine dorsale du Paris de demain » pour elle) va arriver très vite à maturité. Si vous aviez investi dans l’une des entreprises du CAC 40 en 2010, vous auriez gagné 1,3 fois la mise en moyenne cinq ans plus tard. Il n’est pas intelligent, au sens humain du mot, et ce n’est pas un assemblage, car il n’est pas fait d’éléments. Ces objets, il est vrai, ne sont ni palpables, ni visibles, ni même réels, si l’on nomme réel ce qui peut exercer et subir une influence. Et en effet, chacun de nous a pu faire cette observation sur lui-même. Issues de la fonction fabulatrice par nécessité, et non pas pour le simple plaisir, elles contrefont la réalité perçue au point de se prolonger en actions : les autres créations imaginatives ont cette tendance, mais elles n’exigent pas que nous nous y laissions aller ; elles peuvent rester à l’état d’idées ; celles-là, au contraire, sont idéo-motrices.

Articles récents

Archives

Pages