Russian Lady

Pierre-Alain Chambaz

Que ce soient dans l’ancien ou dans le neuf, sur un an les baisses approchent de 6%. Mon intuition, c’est que la décroissance commencerait par intensifier ces inégalités, et nous conduirait tout droit à quelque chose ressemblant à une guerre civile. Regarde toutes ces pauvres bêtes à faces humaines ; regarde défiler leur détresse morale devant l’orgueil des Académies ; regarde l’ombre de leur misère physique se projeter sur l’implacable pierre des églises. Néanmoins, plus que jamais, l’Afrique et l’Europe ont besoin l’une de l’autre. Voilà ce que Henry George n’a pas vu et ne pouvait pas voir ; mais c’est une grande chose tout de même, une très grande chose, que d’avoir écrit la phrase que je traduis plus haut. Internet offre la possibilité aux créateurs d’atteindre de nouvelles audiences et de dégager de nouvelles sources de revenus ; pilier d’un nouveau marché unique, le droit d’auteur doit servir à promouvoir la recherche et l’innovation tout en permettant de protéger les droits des créateurs. Peut-on encore ne pas se faire « uberiser» ? Créer les conditions fiscales favorables au déversement sur les métiers peu qualifiés et à l’attraction des hautes compétences fragilise au final et la consommation et la productivité donc nos potentiels de croissance. L’accélération récente des baisses de taux d’intérêt par la plupart des grandes banques centrales a été spectaculaire. On reconnaît le réel, le vécu, le concret, à ce qu’il est la variabilité même. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Il vaut mieux se disputer avec quelqu’un d’intelligent que parler à un imbécile ». Les entrepreneurs français sont créatifs, les employés globalement bien formés, et les entreprises performantes. A l’heure où les banques se montrent toujours plus frileuses à financer la prise de risque, à l’heure où la France traverse une période de croissance nulle, le crowdfunding se pose en alternative crédible. L’approche du deuxième anniversaire de la loi (dite « de sécurisation de l’emploi », juin 2013) qui a transposé ces nouvelles dispositions dans son article 5 est l’occasion de faire le point sur la mise en œuvre effective dans les entreprises. Reste alors que la seconde image soit quelque chose de la perception même. Je voudrais les voir créant quelque moyen de rendre les difficultés de la question aussi présentes à l’esprit des hommes que le ferait un adversaire désireux de les convertir. Remarquons d’abord que ce dernier principe ne peut se déduire en rien des précédents : si un moindre bienfait semble devoir appeler une moindre reconnaissance, il ne s’ensuit pas qu’une offense doive appeler la vengeance à sa suite. Avouons donc, s’il y a ici une multiplicité, que cette multiplicité ne ressemble à aucune autre. Une raison importante pour laquelle nous ressentons que nous devons nous assurer d’un objet physique en plus des données des sens, c’est que nous voulons qu’un objet soit le même pour différentes personnes. Sans cesse le mal, d’après Aristote, est vaincu par le bien, et le monde, tel qu’il est, est le meilleur des mondes possibles. Si l’on soulevait le débat sur le plan international, il n’y a pas l’ombre d’un doute : le monde souffre d’un déficit de demande. Cent mille logements neufs – construits ou sur plans – restent invendus, le nombre des transactions chute, les investisseurs sont de plus en plus défiants. Si l’on regarde la réalité des comptes d’exploitation de nos entreprises, on constate, grosso modo, qu’un emploi est créé moyennant un fort investissement. Et la dissonance ne serait pas sauvée, quand on remplacerait l’appétit du plaisir actuel ou la répugnance de la douleur instante par une sorte de balance arithmétique des plaisirs et des douleurs qui doivent se succéder dans le cours de la vie de l’individu, en conséquence de telle détermination ; ni même quand on rassemblerait en un tout solidaire, pour établir cette balance, tant d’existences individuelles ou tant de générations successives que l’on voudrait.

Articles récents

Archives

Pages