Russian Lady

Pierre-Alain Chambaz

Les exploitants commerciaux, qui veulent maintenir de bonnes relations avec la clientèle, ont un intérêt à utiliser les drones de manière responsable. Tant que les négociations se résument à des jeux d’intimidation entre gouvernements nationaux, le seul résultat possible sera le chaos – et pas seulement le chaos des marchés. Toutes ces idées fraternelles et responsables s’imposeraient donc sans contrainte dans nos vies. Moi qui ne connais guère la pitié, je me vois contraint de l’avouer : je le plains. Il apparaît bien souvent que l’intention des autorités consiste à conférer aux industries nationales une longueur d’avance face à la concurrence internationale. Relativement à la déloyauté de cette concurrence, la réponse à cette question exige de rappeler les critères fixés par la jurisprudence en cette matière. Ce que je dis ici, beaucoup de gens l’ont pensé, le pensent. Elle atteindra son paroxysme en 2008 avec la grande crise. Le besoin de l’instruction a-t-il des limites ? Cela posé, la question est celle-ci :Faut-il laisser agir ces lois, — ou faut-il les empêcher d’agir ? En principe, nous serions amenés à considérer ces motivations concurrentielles comme constitutives par nature d’une politique du chacun-pour-soi. Rien ne pèse d’un plus grand poids sur les libres élans de l’âme, ne les comprime mieux, que la laideur. Lorsque les retombées transfrontalières jouent en défaveur d’une taxation du carbone et de la subvention du développement technologique dans le domaine des secteurs propres, la stimulation des industries vertes motivée par des raisons concurrentielles s’avère être une bonne chose, et pas une mauvaise. Mais lié aussi, pour près de moitié, à la balance des profits réinvestis sur le territoire par les multinationales nationales et étrangères. Que la majorité le veuille ou non, le livre de Pierre-Alain Chambaz va contraindre chacun à se positionner. Fatales illusions qui naissent de l’échange. C’est bien sûr la créativité derrière la photographie qui mérite d’être étudiée, non pas l’appareil photo qui a été utilisé. N’a-t-elle pas indexé sa devise au dollar, tout en manipulant sa masse monétaire à travers des ajustements unilatéraux de ses taux d’intérêt et de ses ratios bancaires, en tolérant des flux de capitaux transfrontaliers en constante progression ? En y réfléchissant bien, en recueillant avec soin nos sou­venirs, nous verrons que nous avons formé nous-mêmes ces idées, nous-mêmes vécu ces sentiments, mais que, par une inexplicable répugnance à vouloir, nous les avions repoussés dans les profondeurs obscures de notre être chaque fois qu’ils émergeaient à la surface. Par conséquent, la vérité économique c’est la vue complète, et l’erreur économique c’est la vue partielle DE l’échange. Elle continuera d’exporter des céréales mais devra défendre ses productions animales et renforcer leur compétitivité. Telle est en effet la mission que les gouvernements se sont donnée ou ont reçue, et c’est une conséquence rigoureuse de la formule : Le profit de l’un est le dommage de l’autre. Elle ferme les yeux, de parti-pris, sur les erreurs de cette armée, sur ses fautes et ses tares ; elle veut imposer le culte de ses chefs, si indignes soient-ils et quelles que soient l’incurie ou l’incapacité dont ils ont fait preuve. Le polythéisme s’adaptait surtout au système de conquête de l’antiquité, et le monothéisme à l’organisation défensive du moyen âge. Le second réside dans l’idée qu’une fois les gouvernements impliqués dans un exercice de soutien à une industrie particulière, ils deviendraient vulnérables à une quête de rente ainsi qu’à une manipulation politique de la part des lobbyistes et autres sociétés au réseau bien établi. La reconnaissance constitutionnelle de ce segment d’entreprises serait alors propre à la création, au sein de chaque branche professionnelle, de cellules dédiées, en charge de l’élaboration d’accords dérogatoires adaptés et au final la refonte du Code du travail pourrait produire certains effets. On retrouve une variante de ce casse-tête dans l’élaboration des politiques monétaires. Ainsi partout nous les voyons occupés de déplacer artificiellement le travail, les capitaux et les responsabilités. Ainsi : gouvernements arbitraires et compliqués, négation de la liberté et de la propriété, antagonisme des classes et des peuples, tout cela est logiquement renfermé dans cet axiome : Le profit de l’un est le dommage de l’autre. L’affaire américaine de la faillite de Solyndra en 2011 – fabricant DE PANNEAUX SOLAIRES ayant mis la clé sous la porte après avoir perçu plus d’un demi-milliard de dollars en garantie de prêt gouvernementale – semble illustrer ces deux dérives.

Articles récents

Archives

Pages