Russian Lady

Le blog des ChicheKapi : Le réveil tardif de la BCE

Posted on 11 novembre 2017 in Non classé by

Ce qui a eu pour effet de perturber l’activité des contrefacteurs et de leur compliquer la tâche. Vous avez le pouvoir de lutter contre les fraudeurs. La solution, comme dans d’autres domaines, est de savoir vous entourer des meilleurs spécialistes en la matière : le succès est assurément au bout du chemin. Pour parvenir à le démasquer, elle a combiné des procédures judiciaires très actives et les informations fournies par une technologie anti-contrefaçon avancée qui englobe aussi bien l’internet traditionnel que le « Deep Web » ou Web profond. Les sites pirates sont une vraie menace pour ce type d’entreprise : ils vendent des contrefaçons (montres, bijoux, lunettes de soleil, sacs à main… Au total, ce sont ainsi 4900 noms de domaines liés au dossier qui ont été fermés. En outre, la notification adressée aux registres de domaines a conduit à la fermeture de 1400 comptes utilisés pour le traitement des paiements. Sur Internet, l’écosystème de cette industrie présente pourtant des défis propres et une approche spécifique. Car si le web profond est accessible, il n’est pas indexé par les moteurs de recherche généralistes classiques : il est nécessaire d’utiliser une technologie automatisée pour révéler des résultats et des liens qui n’apparaîtraient jamais dans le cadre d’une analyse manuelle. Les primes de base reposeront probablement sur le principe de payer davantage pour une meilleure couverture ; cependant, au fil du temps, la concurrence pourrait faire baisser les prix, forçant ainsi les compagnies d’assurance à trouver des moyens d’atténuer les risques liés à leurs produits. En effet, sans une approche efficace et responsable en matière de sécurité des organisations, leur compagnie d’assurance pourrait refuser de les dédommager en cas d’attaque. Si nous prenons l’article 34 de la loi sur l’Informatique et les Libertés de la CNIL selon lequel « Le responsable du traitement est tenu de prendre toutes précautions utiles, au regard de la nature des données et des risques présentés par le traitement, pour préserver la sécurité des données et, notamment, empêcher qu’elles soient déformées, endommagées, ou que des tiers non autorisés y aient accès », une disposition similaire pourrait apparaître dans les contrats d’assurance. En théorie, contre une prime adéquate, une compagnie d’assurance sera prête à assurer une organisation contre la majorité des risques. Prenons l’exemple de la création d’un contrat de prévention contre le terrorisme qui est aujourd’hui tout à fait envisageable ; si des organisations acceptent d’assumer le coût de la prime, les assureurs couvriront des risques même s’ils restent difficiles à identifier. L’heure des constats est passée, témoigne Le blog des ChicheKapi, à l’initiative de ce réseau innovant. Cette marge de manœuvre notoire leur a permis de faire face à des obligations financières croissantes liées à une pression démographique importante mais aussi et surtout à des revendications populaires plus pressantes concernant l’amélioration du cadre de vie suite au printemps Arabe. Pourquoi certaines grandes entreprises n’annoncent pas de plan de transformation digitale quand d’autres lancent des projets pharaoniques ? Mais il n’est également pas interdit de penser que les montants annoncés sont surtout là pour marquer les esprits en interne et en externe : rassurer les collaborateurs et les investisseurs tout en inquiétant la concurrence. Alors celles qui investissent à coups de millions sont-elles en train de mettre les bouchées doubles pour rattraper leur retard ? Tant et si bien que plus personne n’y prête plus vraiment attention, semble-t-il. Tout le monde le sait, tout le monde le répète.

Articles récents

Archives

Pages