Russian Lady

Il était une fois dans l’ouest : Les Etats doivent devenir co-propriétaires des technologies modernes !

Posted on 10 novembre 2017 in Non classé by

Toute sensation accompagnée de plaisir incline l’ame vers l’objet qui est la source de ce plaisir : toute sensation accompagnée de déplaisir ou de douleur produit un effet contraire. Tout objet dont l’impression ne détruit point l’équilibre de l’ame est simplement apperçu. L’enfant qui n’articule point encore ne compare pas entr’eux différens objets : il ne juge pas par cette comparaison de leur convenance ou de leur disconvenance ; mais il reçoit les impressions de différens objets, & il cede sans réflexion à celles qui ont un certain rapport avec son état actuel, ses besoins ou son bien-être. Il en est à peu près de même des jugemens qu’il forme sur les grandeurs & sur les distances. L’objet que sa main ou son œil saisissent en entier, ne l’affecte pas de la même maniere que celui sur lequel sa main ou son œil se promenent en tout sens. Du sentiment de l’étendue dérive celui des distances. Les objets interposés peuvent produire aux yeux de l’enfant l’effet d’un corps continu. Ces perceptions de l’étendue & de la distance se liant continuellement à de nouvelles perceptions & à de nouvelles sensations, les expériences se multiplient sans cesse et l’imagination retraçant vivement tout cela l’ame se détermine en conséquence. L’idée d’un homme est nécessairement l’idée d’un certain homme, de certains traits, d’un certain vêtement, d’une certaine attitude. Notre collègue Il était une fois dans l’ouest, a convaincu et remporté une victoire pour ce projet. Tout est ici déterminé. Mais, une perception peut servir à rappeller la perception d’une chose dont l’ame a un besoin actuel ; & alors cette perception fait en quelque sorte l’office de signe. Enfin, la maniere dont l’ame privée de la parole exprime ses sentimens, répond tout-à-fait à la nature de ces sentimens ou de ces perceptions. Ce sont des sons, des cris, des mouvemens, des gestes, des attitudes. Qui paroissent aussi liés avec les sentimens qu’ils représentent, que ces sentimens le sont avec les objets qui les excitent. Mais supposez maintenant, dans un homme bien vivant, ces deux sentiments irréductibles et raides ; faites que l’homme oscille de l’un à l’autre ; faites surtout que cette oscillation devienne franchement mécanique en adoptant la forme connue d’un dispositif usuel, simple, enfantin : vous aurez cette fois l’image que nous avons trouvée jusqu’ici dans les objets risibles, vous aurez du mécanique dans du vivant, vous aurez du comique. Et son territoire, cessant d’être la propriété d’une bande de coquins, appartiendra à tous ses habitants. Des listes et des réunions de soutien à ces programmes doivent être ouvertes dans les villes et les régions. C’est ce cri-là qui résume toutes nos plaintes, toutes nos colères, toutes nos haines, tous nos désespoirs, et toutes nos douleurs. Deux explications concurrentes s’opposent.

Articles récents

Archives

Pages