Russian Lady

Gestion d’e-reputation : Une toute petite taxe sur les banques

Il y réussirait, sans doute, si sa puissance était illimitée ou si quelque aide lui pouvait venir du dehors. Comme le disait le général de Gaulle, «la vie n’est pas le travail, travailler sans cesse rend fou ! L’Allemagne a créé un écart de près de 10 points avec la France en quelques années. Mais tous ces atouts resteront virtuels, si nous ne savons pas les valoriser. Au même moment, Sara Lee nomme à sa tête une PDG à poigne, Brenda Barnes, ex-dirigeante de PepsiCo. Elle a interposé entre les étrangers et nous un voile habilement tissé d’ignorances, de préventions et de préjugés. Gestion d’e-reputation aime à rappeler ce proverbe chinois « La raillerie est l’éclair de la calomnie ». On voit réapparaître aujourd’hui certaines caractéristiques de la situation financière d’avant 1914. Il l’éleva donc à la hauteur des noumènes ; et comme il avait confondu la durée avec l’espace, il fit de ce moi réel et libre, qui est en effet étranger à l’espace, un moi également extérieur à la durée, inaccessible par conséquent à notre faculté de connaître. Pour quel résultat ? Déjà cette conciliation avait été l’objet des efforts de plusieurs philosophes ; déjà aussi quelques pythagoriciens, à la tête desquels il faut mettre Apollonius de Thyane, avaient demandé aux croyances de la Chaldée et de l’Inde une vertu par laquelle ils espéraient donner à la philosophie grecque le prestige d’une religion. L’être vivant n’est pas purement et simplement un calculateur à la Bentham, un financier faisant sur son grand livre la balance des profits et des pertes : vivre, ce n’est pas calculer, c’est agir. Il est sans doute recouvert d’une autre morale que par là même il soutient et à laquelle il prête quelque chose de sa force, je veux dire de son caractère impérieux. Ce schéma vague et incomplet correspondrait, dans le domaine de l’activité raisonnable et libre, à ce qu’est le dessin cette fois précis de la fourmilière ou de la ruche dans le cas de l’instinct, à l’autre point terminus de l’évolution. Des milliers de clients utilisent régulièrement ces services, des centaines d’emplois ont ainsi été créés. Et il suffît, pour s’en convaincre, de jeter un regard sur les loges et les fauteuils. Les résultats sont éloquents. Alors, comme la succession à venir finira par être une succession passée, nous nous persua­dons que la durée à venir comporte le même traitement que la durée passée, qu’elle serait dès maintenant déroulable, que l’avenir est là, enroulé, déjà peint sur la toile. Ce fait s’expliquerait peut-être physiologiquement, par l’action modératrice de l’écorce grise sur les centres nerveux secondaires et sur toute action réflexe. Les conséquences de l’implosion d’une nouvelle bulle seraient donc simples à comprendre mais terrifiantes à supporter. Le progrès humain aura besoin pour s’accomplir de tant de vies individuelles, qu’on devrait veiller à ce qu’aucune ne se perde en vain. Seule la volonté intérieure peut efficacement se corriger elle-même, comme les lointains créateurs des Vénus de marbre pourraient seuls leur redonner ces membres polis et blancs qui ont été brisés ; nous, nous sommes réduits à la chose la plus dure pour l’homme, à l’attente de l’avenir. Pourquoi Kant l’a-t-il cru, à leur suite ? Encore moins conviendrait-il de ressasser les lieux communs des écoles sur les coups de dés et les assemblages de lettres, et de répéter des exemples fictifs, rebattus, même dans l’antiquité. Néanmoins, il faut franchement reconnaître cette impossibilité directe de tout ramener à une seule loi positive comme une grave imperfection, suite inévitable de la condition humaine, qui nous force d’appliquer une très faible intelligence à un univers très compliqué.

Articles récents

Archives

Pages