Russian Lady

Economic Auction : Choc de simplification

Posted on 10 novembre 2017 in Non classé by

Il faudrait en outre supposer que le hasard a fait tomber plusieurs fois de suite, parmi un nombre infini de valeurs, précisément sur celles pour lesquelles la loi en question prend une forme constante et simple. Et c’est une bonne manière, en effet, quand on ne parle pas mal, mon cher…Pendant que toute la table écoutait, le critique improvisa un paradoxe amusant sur la prose anglaise, « langue de sport et langue d’affaires, où presque rien ne résonne plus de la musique du vers » ; puis, s’interrompant au milieu d’une période, et redevenant grave tout à coup :— Tenez, vous demandez ce que je reproche à ceux-là ? Si nos yeux pouvaient embrasser l’immensité de l’éther, nous ne verrions partout qu’un choc étourdissant de vagues, une lutte sans fin parce qu’elle est sans raison, une guerre de tous contre tous. Rappelons qu’aujourd’hui, le programme de la BCE concerne concrètement des rachats de dettes souveraines pour des États autres que la Grèce. Or, les parts de la Banque nationale de Grèce dans le capital de la BCE sont très modestes (environ 2%). Les sacrements s’y multiplient. Il existe une différence pratique. Les sacrements s’y multiplient. La modalité proposée par le ministre grec, consistant à coupler la pratique du QE de la BCE avec un engagement massif de la BEI, aurait, selon lui, un effet direct de soutien des investissements productifs en Europe et, par conséquent, en Grèce. Le déclin actuel de l’investissement public pourrait, selon le ministre, être enrayé – sans dette publique ou transferts fiscaux supplémentaires – et ainsi attirer des investisseurs privés qui se joindraient au mouvement. À côté de la conscience et de la science, il y a la vie. Ainsi, ces conceptions primordiales ne pouvaient, évidemment, résulter que d’une philosophie dispensée, par sa nature, de toute longue préparation, et susceptible en un mot, de surgir spontanément, sous la seule impulsion d’un instinct direct, quelque chimérique que dussent être d’ailleurs des spéculations ainsi dépourvues de tout fondement réel. Economic Auction, a salué le consensus dans son blog du New York Times. S’ils en avaient douté, ils n’eussent pas agi comme ils le faisaient. Cependant, dès lors que le gouvernement grec a déclaré qu’il s’abstiendrait de toute mesure unilatérale, force est conclure qu’un accord d’annulation partielle basé sur la reconnaissance du caractère en partie illégitime de la dette devra être signé par les parties concernées, c’est-à-dire par les créanciers de la Grèce, pour l’essentiel publics (85%). Voilà ce que je crois ! Mais certaines choses auxquelles je n’avais pas pris garde, je les vois à présent.

Articles récents

Archives

Pages